Nautilus

Accueil

Pour plus de précisions, clique sur les mots soulignés  :

textes - images - applets - gifs animées s'ouvriront dans une fenêtre pop-up

Encyclopédie Universalis

 Le nom de Nemo (en latin : personne) que Jules Verne donne à son célèbre héros

 renvoie à celui que choisit Ulysse, dans l’Odyssée, pour braver le cyclope Polyphème.

 On ne peut pas exclure non plus la reprise, dans le registre dramatique, d’une facétie célèbre au Moyen Âge :

l’histoire d’un copiste ignare qui prend le pronom indéfini latin pour un nom propre,

 ce qui transforme les manuscrits anciens en un tissu d’aventures extravagantes. 

Dans Vingt Mille Lieues sous les mers (1873), Jules Verne décrit un mystérieux monstre marin éperonne les bateaux anglais. 

Un naturaliste français, Arronax, son fidèle domestique Conseil et le harponneur canadien Ned Land

 font partie de l’expédition chargée d’exterminer l’animal,

 mais le bateau est coulé et le trio est recueilli à bord du monstre  qui est en réalité un sous-marin,

le Nautilus, conçu et réalisé par un mystérieux navigateur

 qui se révèle peu à peu être un inventeur génial et un justicier, défenseur des peuples opprimés. 

Nemo est en réalité un prince hindou spolié qui se venge du colonialisme britannique. 

Dans L’île mystérieuse (1874), retiré à l’intérieur de son Nautilus au fond d’une grotte sous-marine,

il protégera et sauvera à plusieurs reprises des naufragés en difficulté.

Nemo, savant et patriote défenseur des droits de l’homme,

 incarne la double orientation que Verne et son éditeur Hetzel veulent donner au cycle des Voyages extraordinaires :

 anticipation scientifique (le Nautilus, qui fabrique son énergie, a presque un siècle d’avance sur les sous-marins atomiques) et politique-fiction. 

Plusieurs de ces inventions sont devenues rétrospectives et n’ont plus qu’un intérêt historique,

 mais l’épopée du capitaine Nemo, caractérisée par des situations étonnantes

 (la visite à l’épave de l’Invincible Armada ou l’attaque du sous-marin par une pieuvre géante),

 passionne toujours les jeunes lecteurs et a tenté plusieurs fois les cinéastes.

 Ceylan, les îles Andamans et  le golfe du Bengale.

 Dès le premier chapitre de la deuxième partie du roman

Jules Verne fait voyager le Nautilus à travers l'Océan indien.

Ce chapitre fait une large place aux descriptions d'animaux marins,

 et on y découvre que le Nautilus Pompilius est un mollusque du Pacifique Ouest :

un céphalopode, cousin du calamar et de la pieuvre.

Red Nautilus

Les céphalopodes sont les mollusques les plus évolués, possédant un système nerveux bien développé

 et des yeux incroyablement pénétrants.

Le nautile est le seul céphalopode à posséder une véritable coquille externe.

L'intérieur de la coquille est cloisonné en chambres. L'animal vit dans la dernière loge. 
dure 1 an. La coquille en spirales (20 cm de diamètre) a une géométrie parfaite

et on peut reproduire mathématiquement la courbe que fait la coquille.

Le Nautilus Pompilius se nourrit des homards et des crabes, mais également de poissons morts.

Des tentacules (plus de 90) sensibles et préhensiles,

qui  se rétractent dans des étuis protecteurs, servent à saisir les proies.

Elles entourent un bec semblable à celui d'un perroquet qui leur permet de dépecer leur nourriture.

Ces mollusques peuvent se déplacer (0,4 à 0,8 km par jour) grâce à un système unique dans la Nature.

Un siphon pénètre les murs de chacune des chambres par un petit trou. 

Les chambres peuvent être remplies avec de l'eau et du gaz.

Quand le nautilus absorbe le gaz de la chambre,

la pression de chambre diminue et l'eau envahit alors les chambres. 

Quand le nautilus remplit les chambres de gaz, l'eau est expulsée et provoque le mouvement.

 Le nautilus pompilius se comporte alors comme un sous-marin soufflant l'eau de ses ballasts.

Considéré comme un fossile vivant vieux de 500 millions d'années, 

on estime sa durée de vie à  huit ans.

Il vit à 400 m de profondeur sur les pentes raides des récifs coraliens

à proximité des îles du Pacifique Ouest (des îles Andamans aux Fidji),

mais il leur arrive de remonter vers les hauts fonds pour chasser ou se reproduire.

C'est sans doute à ce moment que les pêcheurs les récupèrent

pour faire le commerce de leurs coquilles.

© echecsetmaths.com